Paléontologie des hominoïdes fossiles

Les hominoïdes fossiles

JPEG - 17.3 ko

L’Afrique est un continent privilégié pour décrypter notre histoire partagée avec celle des grands singes et comprendre l’émergence de notre famille en rapport avec l’environnement. Aujourd’hui de nombreuses expéditions internationales mènent des recherches sur le continent et plus spécialement dans les pays d’Afrique orientale. Le riche patrimoine fossile découvert dans des endroits souvent isolés est transféré dans les musées nationaux, (créés le plus souvent par des expatriés) et situés dans les capitales où l’accès y est plus facile pour les chercheurs internationaux, mais souvent difficile, voire impossible pour les gens qui habitent près des sites fossilifères. Que se passe-t-il au niveau local ? Le plus souvent, les populations ont été marginalisées, des sentiments de frustration sont apparus, notamment en raison de la grande médiatisation des découvertes de laquelle les locaux sont souvent exclus. Or, ce sont ces populations locales qui sont les gardiennes du patrimoine. Les choses changent progressivement et aujourd’hui, de plus en plus de chercheurs de terrain s’impliquent dans la vie locale et les besoins locaux. Notre engagement de scientifique en tant que citoyen est fondamental : l’éducation est un droit pour tous, comme cela est signalé dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Dans le cadre des travaux entrepris en Afrique avec l’équipe, des grands singes et des hominidés fossiles ont été découverts dans trois pays africains sur lesquels cet article est focalisé : l’Ouganda, le Kenya et la Namibie...

Extrait de "Brigitte Senut, « Les hominoïdes fossiles : une aide pour l’éducation en Afrique », Revue de primatologie [En ligne], 1 | 2009, document 10, mis en ligne le 08 octobre 2009, Consulté le 23 janvier 2016. URL : http://primatologie.revues.org/364 ; DOI : 10.4000/primatologie.364"

Pour en savoir plus : http://primatologie.revues.org/364